Rien qu'une larme dans tes yeux

le 23/07/2015 0 partages 0 commentaires

C'est par cet extrait d'une chanson du regretté Mike Brant (je la dédie à ma mère, ô grande fan devant l'éternel) que nous débuterons notre histoire ce soir, ou plutôt nos histoires qui nous plongerons dans le monde des lavandes  dont la récolte a démarrée aux alentours du 14 juillet et durera encore une bonne partie du mois d'aout. 

Nos ancêtres qui se servaient des vertus de cette plante (ou plut devrais-je dire de ces plantes) avaient des anecdotes et légendes toutes faites pour expliquer sa présence dans le sud. 

Il était une fois une jolie féé, comme on a l'habitude de rêver, blonde avec de grands yeux bleus, époustouflante de beauté qui cherchait un lieu pour se reposer. "Lavandula" car telle elle se nommait, consultait ses cahiers de paysages lorsqu’au détour d'une page elle tomba sur les terres désolées de la montagne de Lure. Attristé par ce paysage elle ne put empêcher de grosses larmes bleutées de couler le long de son visage et de venir s'écraser sur le paysage. 

Voulant réparer son erreur elle tenta de frotter l'image mais elle ne fit qu'aggraver son cas en étalant par de fines gouttelettes les larmes sur la page. Pour masquer tout cela elle se résolue finalement à tirer un grand pan de bleu azur sur la page, espérant que l'harmonie des couleurs cacherait ses horreurs. 

Mais des merveilles infinies naissent parfois de petites erreurs et depuis ce temps en Provence, les larmes de la fée ont donné naissance a cette plante bleutée qui orne nos collines : La Lavande, qui pousse sous un beau ciel azur fleurissant en été, transformant notre pays en véritable carte postale. 

 

 

Une seconde légende court à son sujet ....

 

Il était une fois, dans un temps si reculé que nous ne pouvons en saisir la date, un paysan qui avait reçu en cadeau de son seigneur un arbre qui s'en venait d'Orient. Nul ne savait comment cet arbre avait pu arriver jusque-là. Un jour pour le récompenser de sa loyauté le seigneur lui avait offert cet arbre fruitier pour que celui-ci nourrisse sa famille en été. 

L'arbre fut planté au milieu des oliviers qui furent étonné de voir pareil étranger les côtoyer. L’arbre s'appelait Mirabellier et c'était le premier de sa race en France et Provence. Les Oliviers ne manquaient pas de rayer cet étranger verdâtre et dont les fruits bien précoce pour eux avaient une couleur doré si étrange. Ils ne rataient pas une occasion de se moquer de lui et de le rabaisser. 

Quand le printemps arriva ils s'esclaffèrent de ces grosses fleurs en comparaison des leurs, et le considérèrent comme une usine à miel. 

Ils continuaient ainsi toute la saison, tant est si bien que le mirabellier se sentait bien seul dans ce champs. 

L’année d'après ils se sentaient si exclu qu'il refusa de bourgeonner et l'arbre resta sans feuille si fleurs alors que la saison avait bien commencé. Inquiet le paysan cassa une de ses branches pour vérifier sa vivacité. Dans un hurlement de douleur l'arbre lâcha à l'endroit de la blessure un torrent de sève doré. Le paysan comprenant que son arbre souffrait alla en sa demeure y chercher un élixir et pansa l'arbre de la blessure qu'il lui avait infligé. 

L'arbre était reconnaissant envers ce bon monsieur et accepta de reprendre son cycle mais la mélancolie le gagnait de plus en plus chaque jours face à l'ostracisme des oliviers..

Un jour un riche marchand de l'est qui passait par là reconnu le bel arbre. Il avait vu les même en Judée et adorait le gout sucré de ses fruits. Il passa et repassa par là pendant plusieurs jours a chaque fois s'arrêtant pour contempler l'arbre. 

- O Dieù !! Que fais-tu ici estranger à venir espincher mon arbre tous les jours ?

- Rien de méchant mon bon paysan, j'admire votre arbre il est vrai car je le connais pour l'avoir vu en Palestine avec les croisés. 

- Chez le petit Jésus me dis-tu ? Raison de plus de bien traiter cet arbre. Mais mes oliviers semblent lui mener la vie dure et je doute qu'il soit heureux dans ce verger. 

- je te le prends contre quelques deniers !! Je le ramènerai dans mon pays de l'est ou je doute qu'il ne s'entende pas avec mes fruitiers !!

- Ma foi il est vrai que j'y suis bien attaché mais je serai égoïste de le garder alors que je le rends malheureux. J'accepte !

L'affaire fut conclue et la nuit venue le marchand et le paysan commencèrent doucement à déterrer l’arbre afin de ne pas le stresser ni abimer ses racines. Devant tant de délicatesse l'arbre ne put se retenir d'une larme de joie toute dorée qui s'enfonça dans la terre. 

Le lendemain à la place de celui-ci les oliviers étonné ne trouvèrent qu'un tas de terre retournée et en son centre une touffe de plante bleuté dont on n’avait jamais vu la couleur dans nos collines. 

Le mirabellier finit ses jours dans un grand verger, dans une terre au climat plus marqué mais moins aride en compagnie d'autre fruitiers avec qui il s'entendait  à merveille, aux délices de son nouveau propriétaire qui se régala très longtemps de ces fruits sucrés. 

Il ne sert à rien de mal accueillir l'étranger car tôt ou tard celui-ci a toujours quelque chose à nous apprendre donc à nous donner. 

 

Légendes revisitées par Nicolas Morlot. 

 

Pour aller plus loin : 

Il existe trois grandes sortes de lavandes dans notre belle région. Deux sont sauvages, la dernière est un hybride inventé ou reproduit par l'homme. 

Parmi les sauvages on notera la lande de la fée lavandula, La lavande fine qui pousse entre 800 et 1200 mètres d'altitudes en général. Elle se caractérise par des petits plan avec des tiges coutes et uniques. Ses fleurs sont en grappes et ne forment pas forcement épis. 

Son arome est doux mais tenace. On s'en sert surtout en aromathérapie car elle possède des caractéristiques apaisantes. C’est donc un bon remède contre le stress. 

 

 

L'autre sauvage pousse plus bas dans les collines plus exposées au Sud. La "lavande aspic"  possède des plans également assez petits mais ses fleurs ressemblent plus à des épis bleutés. Ses tiges se divisent toujours en 3 fleurs. 

Son arome est fugace mais très agressif du fait de la présence de camphre dans la plante. Du fait de ce camphre elle est peu utilisée en aromathérapie. Sa faible production sauvage empêche également toute autres utilisations. 

 

 

 

Enfin la dernière est née il y a bien longtemps de mariage de la lavande fine et de la lavande aspic. Dans les zones de confluences des deux lavandes elles se croisent parfois pour donner naissance à un hybride plus fort et plus robuste que nos ancêtres appelés "Super lavande". Au XIXe siècle ils ont systématisé la création de ces lavandes pour des besoins économiques notamment en parfumerie  et puis ensuite en lessive savon ect ect ...

Le "Lavandin" était né. Il possède des tiges bien plus longues que l'aspic ou la fine mais ils sont tous en épis. En général ils sont uniques mais se divisent parfois en 3 brins. Enfin cette lavande possède également du camphre ce qui fait que son utilisation en Aromathérapie reste limitée sinon à un tonifiant ou purifiant (anti acariens). 

 c'est également la plante qui nous est généralement vendue comme lavande ornementale. 

 

Nicolas Morlot. 

En bref Beaumont de Pertuis un petit village perdu dans les collines ….. 924

En bref Beaumont de Pertuis un petit village perdu dans les collines …..

le 13/04/2016 924 partages 4 commentaires

Moines à Mane ? C'est breton ? Non Prouvençaù !!!

le 10/04/2016 18 partages 0 commentaires

Impressionable Méridionaux

le 11/11/2015 46 partages 0 commentaires

Silence on coupe.

le 27/10/2015 161 partages 4 commentaires

Rien qu'une larme dans tes yeux

le 23/07/2015 0 partages 0 commentaires

la cantatrice des collines

le 18/07/2015 33 partages 2 commentaires

Les moines de la Durance

le 16/07/2015 183 partages 1 commentaires

La Griffe du Diable

le 14/07/2015 128 partages 0 commentaires

CE BON ROY RENE

le 16/05/2015 105 partages 8 commentaires

PESTE, QU'ELLE FUT GRANDE !!

le 02/04/2015 178 partages 3 commentaires

Sacré Saint Pierre !

le 25/03/2015 20 partages 1 commentaires

Sainte Ursule à Pertuis.

le 13/03/2015 49 partages 2 commentaires

Bref les romains sont venus en Provence

le 25/01/2015 79 partages 1 commentaires

MANOSQUE LA FLEURIE ET MANOSQUE LA PUDIQUE

le 22/01/2015 115 partages 0 commentaires

LES CARMES PERTUISIENS

le 14/01/2015 58 partages 0 commentaires

NOEL EN PROVENCE

le 08/12/2014 507 partages 2 commentaires

Mistrau de dissate a jamai vist lou dilun

le 07/12/2014 130 partages 0 commentaires

LES TREIZE DESSERTS

le 04/12/2014 0 partages 0 commentaires

Nul ne doit irriter le lion

le 01/12/2014 118 partages 2 commentaires

Histoire Provençale : Connaissez vous la famille de RAFELIS ? (ou Raphaeli selon les lieux)

le 28/11/2014 46 partages 0 commentaires

Histoire Provençale et pertuisienne. Le Nom de Forbin vous parle t il ?

le 28/11/2014 55 partages 1 commentaires

Histoires provençale et pertuisienne. Pourquoi Les Papes en Avignon ?

le 28/11/2014 11 partages 1 commentaires

Histoire provençale et pertuisenne Toponymie ou étude des noms de villes ou de lieu.

le 28/11/2014 3 partages 3 commentaires

Morceau d'histoire pertuisienne spécial 11 novembre.

le 28/11/2014 0 partages 1 commentaires

Morceau d’Histoire pertuisienne et provencale. Connaissez-vous la maison de la Reine Jeanne ? (Rue de Beaujeu

le 28/11/2014 0 partages 0 commentaires

Légendes provençale: Roussillon...

le 28/11/2014 31 partages 0 commentaires

Morceaux d'Histoire provençale et pertuisenne. Connaissez vous Victor et Honoré-Gabriel Riqueti ?

le 28/11/2014 1 partages 0 commentaires

Morceau d’Histoire provençale et pertuisenne. Connaissez vous Jean Maynier d'Oppede (1495-1558) et les Vaudois ?

le 28/11/2014 0 partages 0 commentaires

Morceau d’Histoire provençale et pertuisenne. Connaissez-vous Raymond de Turenne ?

le 28/11/2014 2 partages 2 commentaires

Histoire pertuisienne: le marché.

le 28/11/2014 0 partages 0 commentaires