Légendes provençale: Roussillon...

le 28/11/2014 32 partages 0 commentaires

 Il en est des lieux mythiques de notre belle région mais celui ci en est un des plus emblématique et envoûtant....

La couleur rouge de l'ocre a toujours fasciné les hommes qui bien avant les scientifiques avaient leurs propres explications aux choses insolites de la nature.

 

Il y a fort longtemps vivait à roussillon, sur les hauteurs du village, un seigneur dans son château. On ne pouvait pas dire,que la nature avait gâté l'homme que tous s'accordaient à qualifier de fort laid. Des cheveux gras, un seul sourcil abondant lui traversant le front de part en part, des restes d'acnées ci et la venant accompagné un nez rond et massif constellé de cratères et toujours teinté d'une couleur violacé. L'homme était presque difforme tellement la voûte de son dos réduisait sa taille amoindrie  laissant ressortir un petit ventre bedonnant... Or si la nature avait été cruelle envers lui les affaires elles étaient fantastiquement bonnes et l'enrichissaient toujours un peu plus chaque jour. Il faut dire que l'homme était redoutable et peu scrupuleux. A cela séjoutait un tempéremment bélliqueux et un don pour les arts guerriers qui le faisait redouter de tous ces voisins ...

 

Un beau jour angoissé par la quantité d'or qu'il possédait et qu'il risquait de perdre après sa mort il se résolue à trouver une femme pour avoir descendance et héritiers.

 

Il jeta son dévolue sur le plus beau parti de la région, dame Sirmonde, fille convoitée par toutes la noblesse provençale. Il n'hésita pas à négocier âprement avec le père de la pucelle, pour l'emporter vis à vis de ses plus beau concurents.

On célébra le mariage rapidement en grande pompe. La jeune femme avait l'impression d'avoir été amenée telle cendrillon dans le palais de son prince mais sa naïveté fut de courte durée. Une fois le mariage consommé le seigneur dédaigna rapidement son épouse au profit de son véritable amant qu'était l'argent. Elle ne reçu presque plus aucune visite de son mari. Or quand il n'y a pas si longtemps quand vous fûtes l'un des plus beau parti de la Provence, que les jeunes hommes chantaient le soir venu vos louanges sous votre fenêtre la déception est grande. Aussi pour retrouver cela elle invitait régulièrement les jeunes pages du château prédisposés en troubadours à venir chanter et danser à ses dîners pour tromper l'ennui. Et il se trouva que l'écuyer personnel de son mari était fort doué. Charmé par autant de grâces leurs rencontres se multiplièrent pour aboutir à une idylle secrète. Mais il n'y a rien de plus bavard que les murs d'un château et partout on racontait que les cornes de cocu que portait le seigneur était aussi grandes que celle d'un cerf...

 

Ne supportant pas d'être humilier de la sorte le mari jaloux fit mettre en geôle son écuyer et s'occupa de faire avouer cet adultère à son épouse usant de toutes les violences à son égard. Prise dans un tourbillon de douleurs elle n'avait qu'une seule idée en tête sauver son ami et amant d'écuyer. Alors pour les extirper de ce supplice elle inventa le pire des mensonges, elle accusa sa propre soeur, qui la visitait souvent d'entretenir elle une relation avec le dit jeune homme. N'appréciant que très peu son beau frère il crut par miracle à l'histoire et s'en réjouit au point de libérer son écuyer avant de le remercier. La vie repris son cours à roussillon sans que le seigneur n'éprouve le moindre remords quant au supplice subis par sa femme et son page. Les deux amants soudés dans le mensonge continuèrent à se voir et de cet idylle naquit une très grande histoire d'amour indéfectible, la rencontre de deux âmes soeurs.

 

Les murs continuèrent à parler sans cesse et sans cesse des entrevues particulières de la dame et du page.. Le seigneur s'en amusait mais l'insistance de la rumeur insinua le doute dans son esprit. Un jour voulant en avoir le coeur net, il fit saisir le page lors d'une partie de chasse. Après l'avoir rossé sévèrement il l'attache à son cheval et le traine jusqu'aux terres voisines de sa belle soeur. La il demanda audience urgente au château et c'est le couteau sous la gorge du jeune homme qu'il demanda la soeur de son épouse si elle reconnaissait le jeune homme. La femme était furieuse et claqua soigneusement le bec à son beau frère lui signifiant qu'elle reconnaissait le jeune homme pour être un de ses écuyers et que si bon lui plaisait de l'égorger qu'il le fasse en son château car elle aurait dû mal à faire revenir le tapis tout neuf que Saint Maclou passant par la lui avait vendu la veille. 

Le seigneur s'en revint donc à son château avec la conviction que sa belle soeur n'entretenait aucune relation avec le jeune homme.... C'était donc sa femme qui avait menti pour le protéger,et cette générosité ne pouvait trahir qu'un seul crimes...

 

Contre toute attente au château le seigneur libéra le jeune homme et maquilla l'affaire en épreuve pour recevoir le titre de chevalier, qu'il lui donna immédiatement dans une cérémonie rapide d'adoubement.

 

Les mois les années,passerent et  le jeune chevalier continua à servir fidèlement son maître tout en visitant régulièrement sa maîtresse.

Un jour le seigneur donna un discours de repentance vis à vis de sa femme délaissée. Il voulait s'excuser de ces années et pour lui faire plaisir ordonner un grand banquet en don honneur. Dame Sirmonde n'en n'éatit pas moins surprise et charmée. Pour la première fois après tant d'années son époux se rappellait qu'il l'avait mariée  et qu'il lui devait parfois quelques égards en tant que dame du Seigneur et épouse. Aussi elle s'appreta pour l'accasion de la meilleure des façon. On raconte meme qu'elle s'était rasée les jambes et les bras avant de s'asperger des meilleures flagrances de Grasses. Paeut etre meme avait elle pris un bain ?

 

On embauche pour l'occasion tout ce que l'on trouve de musiciens, jongleurs cracheur de feu et montreur d'ours. Les meilleurs cuisiniers mijotent des plats tous plus succulent les uns que les autres. Mais tous attendent le choix du roi, le plat le plus travaillé et le plus succulent. Il arrive enfin masqué par une cloche en argent. On le tend à dame Sirmonde pour qu'elle le découvre puisqu'elle est la reine du bal. Elle s'exécute volontiers et soulève la cloche. La vision du plat la fait immédiatement desoulée et vomir de dégoût. La tête du jeune chevalier est la préparée en sauce pour elle. 

-"hé bien madame vous ne l'aimez pas assez pour l'apprécier même ainsi... Depuis tant d'années j'aurai pourtant cru le contraire... " dit le comte d'un ton glacial tout en accompagnant d'un claquement de doigts.

Tout les artiste présent cessèrent immédiatement et sortirent de toutes part des armes tranchantes visant à exécuter la vengeance méticuleusement préparée par le seigneur durant ses années... Par un indescriptible miracle la dame parvint à s'échapper de la salle puis du château, le sol martelé des pas de ses spadassins... Aculée par la falaise elle fît le choix de se jeter dans le vide plutôt que de laisser son époux lui voler ce qui lui restait de dignité

 

Son sang se répandant sur le sable des collines donna la couleur rouge à roussillon.

 

Légende révisitée par Nicolas morlot

En bref Beaumont de Pertuis un petit village perdu dans les collines ….. 1051

En bref Beaumont de Pertuis un petit village perdu dans les collines …..

le 13/04/2016 1051 partages 4 commentaires

Moines à Mane ? C'est breton ? Non Prouvençaù !!!

le 10/04/2016 18 partages 0 commentaires

Impressionable Méridionaux

le 11/11/2015 46 partages 0 commentaires

Silence on coupe.

le 27/10/2015 161 partages 4 commentaires

Rien qu'une larme dans tes yeux

le 23/07/2015 1623 partages 3 commentaires

la cantatrice des collines

le 18/07/2015 33 partages 2 commentaires

Les moines de la Durance

le 16/07/2015 0 partages 0 commentaires

La Griffe du Diable

le 14/07/2015 128 partages 0 commentaires

CE BON ROY RENE

le 16/05/2015 0 partages 0 commentaires

PESTE, QU'ELLE FUT GRANDE !!

le 02/04/2015 178 partages 3 commentaires

Sacré Saint Pierre !

le 25/03/2015 20 partages 1 commentaires

Sainte Ursule à Pertuis.

le 13/03/2015 49 partages 2 commentaires

Bref les romains sont venus en Provence

le 25/01/2015 78 partages 1 commentaires

MANOSQUE LA FLEURIE ET MANOSQUE LA PUDIQUE

le 22/01/2015 115 partages 0 commentaires

LES CARMES PERTUISIENS

le 14/01/2015 58 partages 0 commentaires

NOEL EN PROVENCE

le 08/12/2014 507 partages 2 commentaires

Mistrau de dissate a jamai vist lou dilun

le 07/12/2014 129 partages 0 commentaires

LES TREIZE DESSERTS

le 04/12/2014 61 partages 3 commentaires

Nul ne doit irriter le lion

le 01/12/2014 0 partages 0 commentaires

Histoire Provençale : Connaissez vous la famille de RAFELIS ? (ou Raphaeli selon les lieux)

le 28/11/2014 46 partages 0 commentaires

Histoire Provençale et pertuisienne. Le Nom de Forbin vous parle t il ?

le 28/11/2014 0 partages 0 commentaires

Histoires provençale et pertuisienne. Pourquoi Les Papes en Avignon ?

le 28/11/2014 11 partages 1 commentaires

Histoire provençale et pertuisenne Toponymie ou étude des noms de villes ou de lieu.

le 28/11/2014 3 partages 2 commentaires

Morceau d'histoire pertuisienne spécial 11 novembre.

le 28/11/2014 0 partages 1 commentaires

Morceau d’Histoire pertuisienne et provencale. Connaissez-vous la maison de la Reine Jeanne ? (Rue de Beaujeu

le 28/11/2014 4 partages 1 commentaires

Légendes provençale: Roussillon...

le 28/11/2014 32 partages 0 commentaires

Morceaux d'Histoire provençale et pertuisenne. Connaissez vous Victor et Honoré-Gabriel Riqueti ?

le 28/11/2014 1 partages 0 commentaires

Morceau d’Histoire provençale et pertuisenne. Connaissez vous Jean Maynier d'Oppede (1495-1558) et les Vaudois ?

le 28/11/2014 0 partages 0 commentaires

Morceau d’Histoire provençale et pertuisenne. Connaissez-vous Raymond de Turenne ?

le 28/11/2014 2 partages 2 commentaires

Histoire pertuisienne: le marché.

le 28/11/2014 0 partages 0 commentaires